Esprit du site
Moteur de recherche
Recherche d'article par auteur
Pedagopsy.eu
Recherche de livres par motsclefs
Plan du site
L'auteur

PLAN DU SITE

 

Psychanalyse de l'image

Des premiers traits au virtuel

Serge Tisseron

 

Édition Dunod (1997) ISBN: 2 10 003610 6 (25,5 )s

 

Dernière de couverture

 Après avoir rappelé les principales approches de l'image en sciences humaines et notamment les apports du cognitivisme, SergeTisseron s'appuie sur l'expérience clinique pour proposer des nouveaux repères à notre compréhension des images. Elles ne sont pas seulement des signes, mais tout autant des espaces qui nous contiennent et des moteurs de transformations physiques et psychiques

l a prise en compte de trois pouvoirs complémentaires d'enveloppement, de transformation et de signification, dans toutes les images permet de se dégager de la référence à leurs contenus, à laquelle se sont cantonnées jusqu'ici aussi bien la psychanalyse que la sémiologie pour s'intéresser aux relations que chaque être humain entretient avec elles.

II existe des images qui sont une forme de figuration des processus psychiques eux-mêmes et qui nous renseignent sur ceux-ci. Et toute image est à la fois un premier contenant pour la pensée et un opérateur de transformations, depuis les premiers traits jusqu'aux images virtuelles.

TABLE DES MATIÈRES

Préface à la présente édition Avant-propos

Introduction : figuratif et non figuratif dans l'image

1. L'image psychique : symbole, indice ou icône ?

2. Sensorialités de l'image

3. L'image mentale comme opération psychique 4. L'image en relation 5. Le corps, matrice des images

6. Système imaginé, système verbal et système abstrait 7. Image et émotivité 8. Puissances et ambiguïtés de l'image

Chapitre 1 : De quelques concepts psychanalytiques autour de l'image

1. L'hallucination primitive

2. Les premières représentations 3. Les imagos

5. L'image inconsciente du corps 6. Le schéma corporel

7. L'image dans le miroir . Fantasmer/rêver

9. Flashs, fantasmes, rêveries et imaginations

Chapitre 2 : Images du fonctionnement psychique

I. Images des structures de base du fonctionnement psychique

2. Les schèmes chez Kant

3. Schèmes et images chez Piaget

4. Les « signifiants formels » de Didier Anzieu

5. Définition des schèmes de base de l'activité psychique 6. Lectures multiples de l'image dans la cure

Chapitre 3 : Schèmes et images de schèmes

I . Frayage des schèmes avant la naissance

2. Les schèmes après la naissance

3. Évolution des schèmes de base

4. Schèmes et images de schèmes

5. Rôle structurant de l'image d'inclusion

Chapitre 4 : Participation des images psychiques à la constitution des schèmes de transformation

l. Pascale ou l'impossibilité de penser le changement

2. Le miroir de l'autre

3. Interaction des schèmes de transformation et des schèmes d'enveloppe

4. L'enfance de Pascale

5. Défaut d'intégration des schèmes de transformation et approche interactive dans la cure

Chapitre 5 : Participation des images psychiques à la constitution des schèmes d'enveloppe

1. L'envahissement par les images

2. L'enfance de Sophie

3. Autres manifestations du défaut d'enveloppe psychique

4. L'accession a une image structurante d'enveloppe

Chapitre 6 : Les images verbales dans la technique psychanalytique

1. Le contour des images

2. La métaphore dans la cure

3. Sonia

4. L'image comme mise en échec de l'intellectualisme dans la cure

Chapitre 7 : Participation des images-objets à l'introjection des schèmes dans la cure

I. Image modelée d'un schème d'enveloppe

2. Image de schème à participation sensorielle prédominante

3. Image de schème à participation visuelle prédominante

4. Des images de schèmes à l'accomplissement

de la séparation psychique 5. Hallucination et symbolisation

Chapitre 8 : Les premières traces chez l'enfant et les enjeux de l'image-objet

1. De la symbolisation motrice à l'intention représentative

2. Les traces entre six-douze mois et dix-huit mois

3. Les traces à partir du dix-huitième mois et avant le vingt-quatrième mois

4. La phase des « motifs inclus »

5. Ambiguïtés du dessin : l'œil et la trace

6. Image graphique et image psychique les l'ormes du tracé et les schèmes

Chapitre 9 : Les trois fonctions de l'image

1. La représentation et ses prolongements

2. La fonction de transformation de l'image

3. Les fonctions d'enveloppe de l'image

Chapitre 10 : La voie occidentale des images et ses quiproquos

I . La querelle des icônes

2. Valorisation de la puissance de transformation des images aux dépens de leur puissance d'enveloppe en Occident

3. La photographie ou le retour du refoulé de l'image

4. Les « nouvelles images » : un paradoxe fécond

Conclusions

Postface à la présente édition : Les images et les désirs, leçons de publicité

I . Le désir excité/apaisé par l'image

2. Les masques du désir

3. Le désir de voir

4. Le désir fondé par l'image

5. La figuration des opérations psychiques Bibliographie Index

Un passage

<<Les possibilités du contrôle visuel du geste apparaissent aux environs du dix-huitième mois. Il ne s'agit pas encore d'un contrôle visuel du tracé et l'oeil suit la main sans encore la guider.

Enfin, c'est à partir du vingt-quatrième mois qu'apparaît chez l'enfant la possibilité du contrôle visuel du tracé et non plus du geste seul l'œil ne suit plus la main, il la guide. Grâce à ce contrôle de plus en plus précis, l'enfant multiplie le nombre et la richesse des formes graphiques dont il disposait jusque là et accède rapidement à la représentation de son propre corps, d'abord évoqué à travers la fameuse forme du « bonhomme têtard ».

L'enrichissement de l'activité graphique de l'enfant à ce stade n'échappe en général pas à ses parents. Cet enrichissement est pour eux l'occasion d'appliquer aux productions de l'enfant leurs propres critères représentatifs, ce qui était impossible auparavant. Ainsi, toute forme associant deux lignes courbes qui se recoupent est volontiers nommée par les parents « la lune » ; tout cercle dont quelques traits ornent la circonférence devient « un soleil », une forme allongée devient « un bateau » ou « un poisson », etc. Et comme le plaisir des adultes semble consister à découvrir dans le moindre gribouillage de l'enfant la représentation d'un objet, celui-ci va s'engager dans la même voie. C'est-à-dire qu'il va s'employer à donner un nom à chacun des traits jaillis de sa main, à chacune des tâches qu'il fait, et parfois même au lever du pot, en disant par exemple, selon la forme (le ses excréments, « caca avion », ou « caca lune ».

Le problème est que cet engagement est bien plus qu'un exercice de nomination. En effet, dans un premier temps, l'enfant, sur le modèle de ce qu'il voit faire par l'adulte, va s'employer à nommer chacun de ses gribouillis. II trace d'abord, et découvre ensuite ce que ça représente. Mais, très vite, l'impératif de la ressemblance infiltre le moment même du dessin. Pour être certain que chaque trace représente bien quelque chose, l'enfant essaie de réaliser ses dessins à l'image de ce qu'ils sont censés représenter. Il entre alors dans la voie de dessiner l'équivalent graphique des mots qu'il possède déjà et qui désignent le monde, en particulier les diverses parties de son corps : les mains, les pieds, les bras, les oreilles, etc. Autrement dit, l'enfant s'engage sur la voie de dessiner ce qu'il imagine savoir du monde et non ce qu'il voit. Cette évolution se complète vers cinq-six ans par l'apprentissage des signes conventionnels du sol, du ciel, de la maison, de la cheminée, etc.>>p.139

Commentaire

Un livre théorique qui nous fait rentrer dans les processus de construction des images chez l'enfant, des fonctions de celles-ci et de leur rapport avec le désir. Un livre plus simple du même auteur sur le sujet: LES BIENFAITS DES IMAGES

 

Esprit du site
Moteur de recherche
Recherche d'article par auteur
Pedagopsy.eu
Recherche de livres par motsclefs
Plan du site
L'auteur