Esprit du site
Moteur de recherche
Recherche d'article par auteur
Pedagopsy.eu
Recherche de livres par motsclefs
Plan du site
L'auteur

PLAN DU SITE

 

Et si on parlait du suicide des Jeunes

Jean-Marie Petitclerc

 

Editions Presses de la Renaissance. (2005) ISBN: 2-7509-0048-4 (10 )

l Dernière de couverture

Chaque année en France, près d'un millier de jeunes de moins de 24 ans se donnent la mort. Alerté par ce véritable « fait de société », mais aussi par le manque de prévention et de communication sur ce douloureux sujet, Jean-Marie Petitclerc nous donne les clés pour mieux le comprendre et savoir réagir.

Fort de son expérience d'éducateur spécialisé et éclairé notamment par les réflexions de Tony Anatrella, il analyse avec pertinence les principales causes du suicide des adolescents – la volonté de fuir une situation insupportable, l'appel au secours que l'adulte n'entend pas, l'épreuve du deuil, le besoin de relever un défi ou le désir de se sacrifier.

Conjuguant des témoignages de jeunes et le style direct de l'auteur, cet ouvrage au parler « vrai » est une aide précieuse pour apprendre à déceler les signes avant-coureurs d'un comportement suicidaire, mais aussi pour redonner le goût de vivre aux adolescents qui ont tenté de mettre fin à leurs jours, et pour soutenir leur entourage.

Diplômé de l'École polytechnique, Jean-Marie Petitclerc a ensuite suivi une formation d'éducateur spécialisé. Prêtre salésien de Don Bosco, il est directeur d'une association de prévention, Le Valdocco, dans un quartier sensible d'Argenteuil. II est aussi directeur de formation aux métiers de la ville et chargé de mission au conseil général des Yvelines sur les problèmes de prévention. Connu pour ses nombreuses conférences, il est l'auteur d'une dizaine d'ouvrages sur le thème de l'éducation, et a notamment publié Et si on parlait... de la violence (Presses de la Renaissance, 2002).

Table des matières

Un problème d'actualité

Chapitre 1 : Des chiffres alarmants

Chapitre 2 : Le mal-être de l'adolescent

Chapitre 3 : De l'idée suicidaire à l'acte suicidaire

Chapitre 4 : Le suicide-fuite

Chapitre 5 : Le suicide-appel

Chapitre 6 : Le suicide-défi

Chapitre 7 : Le suicide-deuil

Chapitre 8 : Le suicide-sacrifice

Chapitre 9 : Prévenir le suicide

Chapitre 10 : Réagir face aux tentatives de suicide

Chapitre 11 : Face au suicide

Le courage de vivre

Annexe : Rapport parlementaire au Premier ministre

Un passage

<<Les idées suicidaires

Parler d'idées suicidaires est bien différent. Il ne s'agit pas là d'un questionnement philosophique sur le néant, car l'adolescent, en proie à de telles idées, n'a pas souvent le recul pour penser.

A l'origine de telles idées chez l'adolescent, se trouve le plus souvent un état dépressif, plus ou moins apparent et souvent lié à une problématique familiale difficile.

Cet état dépressif est repérable à plusieurs signes extérieurs.

Le plus souvent, on constate chez l'adolescent une grande tristesse, qu'accompagne un sentiment de profond ennui. Il se désintéresse des activités habituelles. Ce désinvestissement peut toucher les activités scolaires : baisse des notes, apparition de remarques sur le bulletin scolaire du style : «Ressaisissez-vous ! Sinon, le redoublement est prévisible » ou bien « A la tête ailleurs ».

Mais il peut toucher aussi les activités familiales, et l'adolescent a tendance à se désinvestir tout autant des activités extra-scolaires : peu à peu, il n'a plus envie de pratiquer le sport qu'il aimait. Il perd le goût des activités partagées avec les amis. Il n'éprouve plus de plaisir au contact des autres, et ne cesse de trouver des excuses pour se replier sur lui-même, s'isoler dans sa chambre...

L'humeur dépressive peut faire place chez l'adolescent à des manifestations d'irritabilité et des colères qui peuvent à tort le faire passer pour caractériel, difficile.

Cet état dépressif s'accompagne d'un renforcement d'une mauvaise estime de soi. L'adolescent se pense nul, et a tendance à se culpabiliser face à tout ce qui va mal, allant parfois jusqu'à se rendre responsable de la dispute de ses parents ou de la mort d'un proche.

Autre symptôme d'un état dépressif : le ralentissement psychomoteur. Celui-ci se traduit par une grande fatigue et une inertie déconcertante pour l'entourage. Mener une activité quelle qu'elle soit devient pénible. L'adolescent se voit alors souvent reprocher sa grande mollesse, son manque de « punch ». Cet état possède un fort retentissement sur le plan scolaire. L'adolescent présente des difficultés à se concentrer, a tendance à se plaindre de fréquents trous de mémoire. Il a du mal à s'organiser dans son travail et oublie au fur et à mesure ce qu'il apprend. Les mauvaises notes s'accumulent, provoquant alors réprimandes des enseignants, remontrances des parents, ce qui entraîne une accentuation du sentiment d'autodévaluation.

Enfin, l'état dépressif peut s'accompagner de troubles somatiques, dans le registre du sommeil (difficultés d'endormissement, réveils nocturnes, insomnies matinales) ou de l'alimentation (tendance anorexique, ou au contraire accès de boulimie).

L'impuissance à maîtriser cette situation devenue insupportable, la conviction de l'impossibilité d'y échapper engendrent chez l'adolescent un état de profonde tristesse, et le suicide peut alors revêtir la signification d'une ultime tentative de se soustraire à un conflit devenu intolérable. « Le désir de mort peut être en partie conçu comme la conséquence de l'échec de tous les mécanismes d'action sur le milieu. » p.32

Commentaire

Un livre facile à lire et indispensable à tout enseignant!

 

Esprit du site
Moteur de recherche
Recherche d'article par auteur
Pedagopsy.eu
Recherche de livres par motsclefs
Plan du site
L'auteur