Esprit du site
Moteur de recherche
Recherche d'article par auteur
Pedagopsy.eu
Recherche de livres par motsclefs
Plan du site
L'auteur

PLAN DU SITE

 

La figure de l'autre dans l'école républicaine

Florence Giust-Desprairies

 

Édition: P.U.F. (2003) I.S.B.N.: 2-13-053244-4 (19)

 

Dernière de couverture

Les principes qui fondent le modèle de l'École républicaine ne constituent pas à eux seuls l'identité collective. Ce sont leurs significations sociales qui, intériorisées, font sens pour les acteurs et servent de support aux constructions individuelles et partagées. L'examen des traits culturels dominants du système scolaire montre que ce dernier est mis à mal dans sa fonction structurante.

L'auteur dégage les constructions intérieures qui se révèlent dans le malaise, comment s'opère pour les enseignants la perte d'un espace familier et les significations sociales qui sous-tendent les représentations de cette perte.

L'engagement dans une démarche clinique, qui place au centre du dispositif d'accompagnement des acteurs de l'institution scolaire, l'enjeu des dynamiques sociales, des pratiques et des relations, favorisent l'appropriation d'une histoire collective qui peut participer à la restauration des conditions d'un mieux être ensemble.

Ces recherches sur l'école, qui s'appuient sur l'expérience et questionnent les enjeux culturels de la construction d'une intériorité, constituent une approche de l'altérité qui donne toute sa place à la souffrance individuelle comme à celle du malaise social.

Florence Giust-Desprairies, professeur à l'Université Paris VIII, est l'auteur de L'enfant rêvé (A. Colin), de L'imaginaire collectif (Erès), de L'ombre bleue de l'argile (Ammos) et coauteur de Crises, approche psychosociale clinique (Desclée de Brouwer) et de Se former dans un contexte de rencontres inter culturelles (Anthropos).

Table des matières

Introduction. - Entre scène psychique et théâtre du monde.

Chapitre 1. - L'école républicaine : l'envers d'un mythe Malaise dans l'institution scolaire

Le contenu intériorisé du mythe

La représentation d'une identité compacte

Réanimer le mythe républicain ?

Chapitre 2. - La rationalité comme défense L'incontournable logique causes-effets-solutions

Un univers d'objets

La clinique analyseur du modèle objectiviste

La remise en cause des repères culturels

La pensée universaliste questionnée

Chapitre 3. - Malaise dans l'identification

La recherche de l'acte complet et l'inéluctable solitude

L'irreprésenté d'un espace social entre soi et l'autre

L'autre comme tout inclus ou exclu

Des traits culturels résistants

La rupture du lien révèle le sens du lien

L'universel comme totalité et unicité

D'une altérité idéale à une altérité effective

Chapitre 4. - L'impossible deuil d'un enfant rêvé

Une rupture dans la représentation de soi et de l'autre

Les effets magiques de l'idéalisation

L'insistante réalité de l'autre

Le travail de désillusion

L'attaque de l'idéal

L'imaginaire aux prises avec la réalité

Chapitre 5. - La violence à l'école : une dérégulation institutionnelle

Liliane ou les effets contaminants de l'excitation des élèves

Michèle, un monde construit sans ennui

La classe silencieuse

Une classe sport-études dans un quartier résidentiel.

Le questionnaire sur la violence

Zahia ou l'attaque de l'autorité

Les bombes lacrymogènes

Chapitre 6. - De l'emprise à la déprise

Une représentation inconciliable avec l'idéal

Des identifications renouvelées

La violence institutionnelle

Tous idéalement semblables

Chapitre 7. - Souffrance et crise du lien

L'émergence d'une mission spécifique

La construction de nouvelles représentations

L'absence de confrontation

Un étayage institutionnel déficient

Du conflit à la crise

Panser les blessures ou penser la situation ?

 

Chapitre 8. - Une désorganisation des repères symboliques

La crise implosive du lycée Alfred-Jarry

Le pacte négatif: une problématique de l'épuration

Les acteurs symptômes

L'identité comme processus de liaison et de déliaison

La mutation sociale fait appel à des ressources psychiques

La défaillance institutionnelle : une crise du sens

Chapitre 9. - L'institution imaginaire de l'école républicaine

L'impensé du sujet

Figures de la subjectivité

Le mythe républicain : une fondation identifiante saturée

Deux figures du sujet : l'indépendance et l'autonomie

Le lien intersubjectif : tisser une mémoire du temps présent

 Chapitre 10. - Les racines subjectives d'une position de chercheur

L'écriture première de l'enfance : de l'envers à l'endroit

L'anachronie du symptôme

Le redoublement gémellaire

Imaginaire, temps, création

Le sens de l'expérience

 Chapitre 11. - Pour une psychologie sociale-clinique de l'éducation

Une psychologie du sujet et de l'intersubjectivité

Le social en intériorité et en extériorité

Le changement comme socialisation toujours continuée

La clinique mode spécifique de construction de connaissance.

L'imaginaire entre aliénation et création

Bibliographie

Un passage

<<Lorsque, dépassant leurs réticences, les enseignants acceptent d'entrer dans les situations, j'ai dit qu'ils se livraient à des descriptions de comportements d'élèves. Ce qui est attendu de ces présentations, dont ils excellent à brosser les portraits, ce n'est pas tant de faire émerger de nouvelles significations qui permettraient des remaniements de positions ou de pratiques mais de dessiner les contours de l'écart entre ce que les élèves sont et ce qu'ils devraient être. D'une logique descriptive et explicative, on passe à une logique normative où l'attente de solutions prend la forme d'une demande de moyens pour ramener les élèves à des comportements conformes. La polarisation sur les comportements des élèves, considérés comme objets d'investigation, empêche une représentation dynamique d'une réalité comme processus de construction. Elle ne permet pas d'interroger ce qui se passe pour des personnes en situation parce qu'elle induit la certitude que l'on connaît ou peut connaître chez l'autre ce qui le meut.

Par ailleurs, cette centration sur les comportements des élèves comme cause du malaise enseignant laisse de côté les autres variables du contexte tenues pour négligeables comme les conduites des enseignants, la spécificité des difficultés de l'élève, les caractéristiques de la situation, la relation intersubjective, etc.

Or, la position qui vise à s'accrocher à une cause unique explicative de l'ensemble ou à des causes avancées sur un mode totalisant, abstrait et général, si elle permet, parce qu'elle rend compte de tout, de nourrir l'illusion d'une maîtrise toujours possible, a pour effet une déresponsabilisation des acteurs. Elle conduit à un sentiment d'impuissance et à une culpabilisation de l'autre dans un dégagement de soi d'une situation de laquelle on est partie prenante.>> (p.24)

Commentaire

Livre parfois difficile par le vocabulaire "psy" utilisé dans sa pureté mais qui devrait être particulièrement utile à ceux qui font des interventions dans les établissements, animent des "groupes d'analyse de la pratique" ou forment des enseignants. Ses analyses de situations, sa prise en compte des diverses dimensions psychique, groupale, institutionnelle, culturelle sont particulièrement pertinentes. L'étude des "liens" entre sujets et institution scolaire apporte un regard neuf. Enfin l'auteur n'a pas peur de se mettre en scène elle-même dans sa recherche.