Esprit du site
Moteur de recherche
Recherche d'article par auteur
Pedagopsy.eu
Recherche de livres par motsclefs
Plan du site
L'auteur

PLAN DU SITE

 

Le corps de l'enseignant dans la classe

Claude Pujade-Renaud

Editions l'Harmattan 2 éme édition ISBN: 2-7475-8842-4 (2005) 15

Dernière de couverture

Que disent les corps en classe ? Comment sont-ils perçus, décodés, interprétés, d'un côté comme de l'autre de la « barrière pédagogique ? Question fort peu étudiée jusqu'à présent, tant il est vrai que l'espace du savoir évacue la corporéité en feignant de ne s'adresser qu'à de « purs esprits » débarrassés de toute contingence matérielle, et sur laquelle le travail novateur de Claude Pujade-Renaud, publié en 1983, avait fait date. Largement épuisé depuis, pionnier quant à l'utilisation de la clinique d'inspiration psychanalytique pour analyser des phénomènes d'enseignement, il reste parfaitement d'actualité, et c'est donc tout naturellement qu'il trouve sa place dans Histoire et mémoire de la formation.

Respectant les choix originaux, la présente réédition se présente en deux volumes. Celui-ci est le premier, et questionne le corps à partir du point de vue des enseignants, à travers l'analyse d'entretiens non-directifs. Voix, geste, regard, vêtements, position dans l'espace, corps caché-exhibé, dominateur ou maltraité, face à un ensemble perçu comme une masse hostile, mouvante ou amorphe, une « fosse » ou un paradis, le corps de l'enseignant voudrait se faire oublier alors qu'il reste son principal instrument de travail.

Les pistes explorées ici sont multiples, et apporteront un éclairage pertinent pour l'analyse comme pour la pratique en éducation et formation. Cette réédition contribuera également, nous l'espérons, à développer un champ de recherche insuffisamment exploré jusqu'alors.

Claude PUJADE-RENAUD est romancière et nouvelliste, après avoir été danseuse et enseignante en éducation physique et sportive puis en sciences de l'éducation. Cet ouvrage est issu d'une thèse d'Etat collective, soutenue en collaboration avec Daniel Zimmermann ù l'université Paris VIII-Vincennes sous le titre Communications non-verbales en situations éducatives.

Table des matières

AVERTISSEMENT

CHAPITRE 1. — GENÈSE D'UNE INTERROGATION

CHAPITRE 2. — LE PARTI-PRIS DE LA RECHERCHE

CHAPITRE 3. — LE MAL-ÊTRE DE L'ENSEIGNANT

La coupure et la séparation Un corps en proie aux regards Une situation d'attaque et défense Un corps en proie à la violence La violence agie

CHAPITRE 4. — L'APPRÉHENSION DES CORPS DES ÉLÈVES

Un corps animal Une masse amorphe

CHAPITRE 5. — CORPS UNIQUE ET MORCELLEMENT

CHAPITRE 6. — L'AUTORITÉ a NATURELLE » EN QUESTION

L'appropriation de l'espace L'utilisation du regard Force de frappe, sexe et pouvoir Les modulations de la voix Voix personnelle, voix professionnelle Voix masculine, voix féminine Tension, tenue, contrôle La mise en scène du corps et du personnage

CHAPITRE 7. - LA TENUE VESTIMENTAIRE

Le vêtement de l'enseignant Le vêtement des élèves

CHAPITRE 8. - CAPTATION, ANIMATION, SÉDUCTION

CHAPITRE 9. - LA SEXUALISATION DU RAPPORT PÉDAGOGIQUE

La mixité entre élèves Mixité et sexualité entre enseignants et enseignés Rapport au savoir et rapport amoureux

CHAPITRE 10. - LE JEU DU CONTACT ET DE LA DISTANCE

Contact Distance

CONCLUSION

Corps imaginaire, corps symbolique Symbolique sociale et symbolique sexuelle Narcissisme et théâtralité Corps du savoir et corps féminin Corps et formation

Un passage

<<Ces affinités électives ne prennent sens que dans la réciprocité. Si l'élève se laisse « prendre », c'est qu'il désire aimer tout autant qu'être aimé, c'est aussi qu'il connaît son relatif pouvoir de capter l'enseignant. Relatif car si l'élève ne peut que choisir ou refuser l'enseignant qui lui est imposé, l'enseignant, en principe, a latitude de « choisir », d'élire certains élèves : ceux avec lesquels il « communique », avec lesquels le passage du savoir est vécu dans l'ordre du désir et du plaisir, et non pas seulement dans celui de la fonction et du devoir. « Choix » dont il n'est pas totalement maître, comme il en est de toute élection amoureuse, car choix nourri d'un désir inconscient. L'enseignant s'identifie lui aussi à l'élève (processus déjà apparu dans le port de certains vêtements), et cette identification, qui le conforte dans son narcissisme, dans un senti-ment de reproduction et de plénitude de lui-même, sous-tend le choix du sujet élu.

— « En fait je m'adresse aux élèves les plus intéressants, je me justifie par rapport à eux, ils posent des questions que j'approfondis pour eux... y a ce côté élitiste de l'affaire... y a ceux avec qui ça marche, ça prend... (silence)... mais en ne voulant pas jouer le jeu de la sélection scolaire classique, en fait c'est moi qui choisis complètement... c'est encore plus élitiste parce que c'est extra-scolaire, les critères... c'est... on se reconnaît, on se plaît, ça marche, ça passe... (silence)... »

Les termes, tels « ça prend », « ça passe », évoquent en filigrane un processus de cristallisation amoureuse dans lequel les partenaires s'attirent. La connaissance circule par les voies que le désir a frayées. Seuls quelques élèves privilégiés peuvent prétendre être intégrés à ce réseau d'échanges :

— « Les élèves avec qui on est le plus copain, avec qui on a des rapports fraternels, c'est eux qui s'intéressent le plus... bon euh... qui m'intéressent le plus, c'est sûr... c'est pour ça que je suis copain avec eux !>> p.112

Commentaire

Un livre indispensable sur un sujet peu traité ailleurs.

Esprit du site
Moteur de recherche
Recherche d'article par auteur
Pedagopsy.eu
Recherche de livres par motsclefs
Plan du site
L'auteur